Pierre Sancan est né en 1916 à Mazamet (Tarn). Il obtient tous ses prix au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris : Premier Prix de Piano (classe d'Yves Nat) en 1937, Premier Prix de composition, d'harmonie, de direction d'orchestre (classe de Roger Désormières), de fugue (classes de MM. Busser et Gallon), Premier prix d'accompagnement. Il reçoit en 1943 le Premier Grand Prix de Rome de composition musicale. Il séjourne deux ans à la Ville Médicis de Rome (1946-47).

Photographie aimablement communiquée par
Jacques Sancan, frère de Pierre Sancan

 Pierre Sancan va mener de front trois carrières : celle de pianiste, celle de compositeur et celle de pédagogue.

Sa prestigieuse carrière de pianiste se situe dans les années 1950,1960 et 1970. Il parcourt le monde de l'Europe aux Amériques, du Moyen Orient à Extrême Orient. Il donne des récitals, dirige des orchestres et interprète différents concertos (Haydn, Mozart, Beethoven, Schumann, Liszt, Ravel etc.) sous la direction de chefs éminents : Münch, Raphaël Kubelik, Bernard Haitink, André Cluytens, Russlan Raïtchev, Georges Sébastian, Georges Prêtre, Fernand Oubradous, Manuel Rosenthal, Pierre Dervaux, Yves Prin, Dimitri Chorafas, etc...

C'est au titre de pédagogue que sa renommée internationale ira en s'amplifiant. En 1956 il succède à son maître Yves Nat au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris où il enseignera jusqu'à son départ en retraite en 1985.

Sa curiosité, son don d'observation, les recherches qu'il ne cessera de perfectionner, avec l'aide de médecins spécialistes dans le domaine de l'anatomie, vont lui permettre de révolutionner la technique pianistique. Le rôle des muscles, la position du corps (des pieds à la tête) sont déterminants dans la résolution de nombreux problèmes techniques. L'aboutissement du son, le " toucher " et la "nuance", le maniement de la pédale sont liés à une rigoureuse maîtrise corporelle elle-même dépendante d'une active préparation intérieure. La résolution de la ligne musicale dans le total respect du texte est le fruit de cette alchimie dont Pierre Sancan approfondira toute sa vie le secret.

Pierre Sancan entretenait avec ses nombreux élèves des rapports humains d'une exceptionnelle qualité, alliant à l'exigence, à la rigueur, au labeur acharné, une grande ouverture d'esprit, une chaleur, un entrain communicatifs. Les séquences d'improvisation dont il entrecoupait ses séances de travail étaient plus que des instants de détente, les moments d'une communication enrichissante. Citons parmi ses élèves les plus connus : Jean-François Antonioli, Abdel Rahman El Bacha, Jean-Efflam Bavouzet, Michel Beroff, Jean-Philippe Collard, Pascal Dumay, Olivier Gardon, Harumi Anafusa, Klaus Helwig, Yves Henry, Marc Laforêt, Alain Lefèvre, Emile Naoumov, Denis Pascal, Jean-Bernard Pommier, Jacques Rouvier, Catherine Silie, Mélisande Chauveau, etc...

La musique de Pierre Sancan se situe dans la ligne de la musique française de la première moitié du XXe siècle : Debussy, Ravel, Chabrier, Roussel, Honnegger, Poulenc... Ses œuvres sont très diverses : un opéra Ondine créé en 1966 au Grand Théâtre de Bordeaux, trois ballets créés et repris à l'Opéra Comique de Paris, un concerto pour piano et orchestre (1955), de multiples pièces pour piano seul ou avec accompagnement d'instruments divers (flûte, clarinette, trompette, harpe, hautbois, cor, violon, violoncelle, clavecin), trois mélodies sur des poèmes de Francis Carco, des pièces enfantines et des œuvres dites " pour les petites mains " (Edités par les éditions Durand.)

Pierre Sancan tout au long de sa carrière d'interprète et de pédagogue a non seulement " servi " la musique, il a su éveiller et développer chez tous ceux qui ont suivi son enseignement ce qu'il y avait de meilleur en eux. Leur accomplissement et leur rayonnement artistique auront été sa plus belle récompense.

Pierre Sancan a été membre des jurys des plus grands concours internationaux de Piano : Reine Elisabeth de Belgique, Van Cliburn, Istomin, Cortot, Busoni, Beethoven, Ravel, Vina del Mar, etc…

En 2001 un hommage à Pierre Sancan et André Navarra a eu lieu au Conservatoire de la rue de Madrid à Paris. Une salle a été dédiée à Pierre Sancan dans cette institution légendaire.

 Quelques informations supplémentaires

Trois ballets sur la musique de Pierre Sancan ont été donnés à l'Opéra Comique à Paris :
"Reflets" en 1965 (d'après son Concerto pour piano et Orchestre)
"Commedia dell'Arte" en 1951
"Les Fourmis" en 1966, chorégraphie de Claude Bessy
L'opéra "Ondine" a été créé au Grand Théâtre de Bordeaux le 18 mars 1966, avec Michèle Raynaud, et repris l'année suivante.

Pierre Sancan a composé la musiques de trois films :

"Lunegarde" (1944) de Marc Allegret
"Olivia" (1950) de Jacqueline Audry avec Simone Simon, Edwige Feuillère…
"Les malheurs de Sophie (1945) de Jacqueline Audry
Citons une musique composée pour un reportage sur Saint Exupéry

Informations complémentaires concernant les enregistrements :

Plusieurs disques vynil 33 tours (RCA entre autres) :
Intégrales des Sonates de Beethoven pour violoncelle et piano avec André Navarra
Les concertos pour piano et orchestre de Ravel
Plusieurs concertos pour piano et orchestre de Mozart
De nombreux enregistrement sur bandes magnétiques se trouvent à Radio France
Texte écrit et communiqué par Jacques Sancan, frère de Pierre Sancan

 Plus d'informations sur http://www.musimem.com/prix-de-rome.html en sachant que Perre Sancan est Grand Prix de Rome 1943

retour accueil